Mobilité transversale : une opportunité pour l’entreprise et les salariés

15 décembre 2021

Tout le monde connaît la mobilité verticale qui est la suite logique du parcours du collaborateur. C’est la fameuse « montée en grade » où le salarié évolue dans son domaine d’expertise en grimpant les échelons et en accédant à plus de responsabilités.

D’ailleurs, la mobilité interne est considérée par bon nombre d’entreprises et de salariés comme une récompense accordée pour la qualité du travail et de l’engagement. Elle s’accompagne d’ailleurs d’une augmentation de salaire.

Mais si la mobilité verticale est la plus pratiquée, elle n’est pas sans limites. Que se passe-t-il lorsqu’un salarié ne peut évoluer parce que le poste au-dessus du sien est déjà pris ? Il vous quitte pour une autre entreprise.

Et que se passe-t-il lorsque vos besoins en compétences se trouvent ailleurs ? Dans un autre poste, un autre service ? Vous cherchez des candidats en externe sans prendre en compte les compétences internes et envies de vos salariés ?

Dans un cas comme dans l’autre, la mobilité transversale (appelée aussi horizontale) prend tout son sens. Encore peu mise en place, elle constitue aujourd’hui et dans les années à venir une réelle opportunité pour l’entreprise et les salariés.

Pourquoi et comment mettre en place la mobilité transversale ? Faisons le point.

La mobilité transversale, un moyen de garder vos talents

Votre taux de turn-over est élevé et vous ne savez pas comment y remédier ?

Si les raisons qui poussent vos collaborateurs à vous quitter sont nombreuses et variées, la mobilité transversale est une solution pertinente à certaines de ces raisons.

C’est le cas par exemple de la démotivation et de l'ennui au travail. Les salariés qui se démotivent et s’ennuient ont l’impression d’avoir fait le tour de leur job. Ils ne sont plus challengés par les objectifs et leurs missions.

Dans ces cas-là, pourquoi ne pas leur proposer de découvrir un autre poste, un autre service et d’acquérir de nouveaux savoirs et compétences ? Aussi bien pour eux que pour vous, la mobilité transversale est une occasion de maintenir une collaboration saine et durable.

En effet, un salarié qui postule en externe à un poste différent de celui qu’il a occupé jusque-là mettra plus de temps à décrocher un job. La raison est que les recruteurs et entreprises françaises restent encore attachés au parcours linéaire et spécialisé.

Dès lors, quand l’opportunité de postuler à un autre poste en interne se présente, c’est un gain de temps et d’énergie pour lui ! Il n’a pas à refaire son CV, à envoyer sa candidature, à faire jouer son réseau, à négocier son salaire, et à se familiariser au fonctionnement et à la culture de sa nouvelle entreprise.

Vous concernant, vous bénéficiez aussi d’avantages. Vous avez confiance en votre collaborateur. Vous appréciez son engagement, son sérieux, ses soft skills et sa motivation. Aussi, il est familier des pratiques au sein de votre entreprise et de vos valeurs. Ce changement de poste présente donc peu de risques pour vous !

La mobilité transversale, révélateur de talents cachés

Capture d'écran solution Outmatch : mobilité interne

Et si vos salariés avaient des talents cachés, des prédispositions particulières pour la négociation, l’empathie, la résolution de conflits, et que vous étiez justement à la recherche de ce type de compétences ?  Ne serait-ce pas pertinent  d’un point de vue la performance de placer vos salariés sur ces postes ?

Malheureusement, en France les entreprises mettent davantage l’accent sur les compétences techniques (appelées hard skills) alors que les soft skills sont aussi importants, voire même plus importants que les hard skills !

En effet, ce sont les soft skills qui font la différence entre un bon collaborateur et un excellent collaborateur. Les hard skills sont le « quoi faire » et les soft skills « le comment faire ». Les compétences techniques de vos collaborateurs seront inutiles s’ils ne savent pas bien les appliquer. Prenons un exemple.

Mathilde est RH chargée des relations collectives de travail. C’est elle qui participe et négocie aux réunions avec les représentants du personnel. Le droit du travail n’a aucun secret pour Mathilde. Mais malheureusement, Mathilde n’a aucun sens de la négociation. Elle a des difficultés à être à l’écoute et à défendre ses positions. Être une experte en droit du travail ne l’aidera pas beaucoup si elle ne sait pas mener une négociation.

Avec cet exemple, vous voyez toute la valeur des soft skills.

Et les savoir-être ne sont-ils pas plus difficiles à développer que les savoir-faire ? C’est en tout cas ce que nous croyons puisqu’apprendre un savoir-faire fait appel à la raison, la mémoire, la pratique ou encore la logique, alors qu’un savoir-être est plus complexe et fait davantage appel à nos aptitudes comportementales. Et nos émotions et nos sensations sont à la base de nos comportements. On n’apprend pas à être empathique le nez plongé dans les manuels.

En somme, vous avez tout intérêt à connaître les soft skills de vos collaborateurs et à les faire briller en proposant une mobilité transversale !

Comment mettre en place la mobilité transversale ?

Pour mettre en place la mobilité transversale, vous allez agir sur plusieurs plans.

La formation

Si vous aviez pour habitude de centrer le budget formation sur les savoir-faire, il est temps de l’élargir aux savoir-être ! Les soft skills sont des compétences transverses et transférables d’un poste à un autre. Il est donc pertinent de former vos collaborateurs aux soft skills dont vous avez le plus besoin. Aussi, n’oubliez pas que la formation et la mobilité transversale participent à l’employabilité de vos salariés - une obligation à la charge de l’employeur.

La GPEC

Quels sont vos besoins en compétences à court, moyen et long terme ? La GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) permet d’anticiper l’évolution des emplois, d’adapter les compétences à l’activité de l’entreprise et à ses perspectives d’évolution.

La communication RH

Vos actions précédentes seront inutiles sans une bonne communication ! Instaurez des « vis ma vie » pour encourager les collaborateurs à découvrir d’autres professions au sein de votre entreprise. Faites venir des intervenants externes pour qu’ils partagent leur retour d’expériences sur la mobilité transversale. Rédiger un support à destination des salariés sur ce qu’est la mobilité transversale. Partagez sur votre réseau interne des portraits de collaborateurs qui ont été mutés en interne.

Échanger avec vos salariés

Que ce soit dans le cadre d’entretiens professionnels ou d’entretiens informels entre manager et salariés, intéressez-vous à leurs aspirations. Que veulent-ils ? Quelles sont leurs perspectives d’évolutions ? Leur projet de carrière ? Quels sont leurs atouts et leurs soft skills ?

Ces temps d’échange sont idéaux pour sonder la motivation de vos collaborateurs et réfléchir ensemble aux opportunités d’évolution au sein de l’entreprise.

Les outils digitaux

Nous sommes conscients que mettre en place la mobilité transversale n’est pas une mince affaire. Pour vous faciliter la tâche, il existe des solutions digitales. Référencement des compétences, adéquation des compétences aux besoins de l’entreprise, élaboration des plans de développement des compétences, pilotage et optimisation des parcours professionnels des collaborateurs… le choix est large !

Une entreprise doit continuellement s’adapter. Vos besoins en compétences évoluent sans cesse et plus rapidement avec l’intégration des outils digitaux qui transforment les métiers. La mobilité transversale est donc une opportunité à saisir pour maintenir vos talents et les garder motivés.

Avec notre solution digitale, mettre en place la mobilité transversale va devenir simple. Au moyen d’évaluations, notre outil facilite le développement et l’amélioration de vos programmes de mobilité existants, et vous permet de fournir des conseils significatifs et personnalisés à chaque collaborateur !



Découvrez notre newsletter
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.